Fermer la carte
  • Site à visiter
  • Se loger
  • Se dépenser
  • Restaurants
  • Produits du terroir
  • Marchés du territoire
  • Accueil
  • Découvrir
  • La richesse de nos communes

La richesse de nos communes

De la plaine du Ribéral aux portes du Conflent, des balcons du Canigó au massif des Aspres, les 16 communes du territoire vous ouvrent les portes de leur histoire et de leur terroir. Au creux d’une rivière ou au cœur d’un vignoble de caractère, de vieilles pierres ou en pleine croissance, laissez-vous surprendre par les charmes de ces villages aux charmes singuliers.

Belesta

Entre royaumes de France et d’Aragon, Bélesta était une frontière. Autre temps, autres mœurs, elle est aujourd’hui le lien naturel entre Roussillon et Fenouillèdes.

De son promontoire de schiste et de granit, la commune domine l’un des plus beaux vignobles de Méditerranée. Ne résistez pas à l’envie de visiter un domaine pour déguster  les vins de ce terroir d’exception.

A Bélesta, vous pourrez également remonter le temps : partez à la rencontre des premiers hommes qui peuplèrent la région (néolithique) en visitant le musée de Préhistoire et la grotte de La Caune. Puis découvrez l’histoire du Pays Catalan le long des canaux historiques, des celleres et des casots.

Laissez-vous enfin tenter par les charmes d’un village qui, au fil du temps, a su préserver une culture et un art de vivre qui font de Bélesta une si douce escale.

Boule d’Amont

C’est ici, au cœur de la vallée du Boulès, que se niche l’un des fleurons de l’art roman catalan. Perché à 600 mètres d’altitude, le prieuré de Serrabona enchante par la beauté de son site et la finesse de ses sculptures.

Mais réduire Boule d’Amont à son prieuré serait une erreur. Ce petit village typique des Aspres séduit par son authenticité et son environnement. Avis aux randonneurs, chasseurs, pêcheurs ou cueilleurs de champignons, Boule d’Amont est votre pays de Cocagne !

Bouleternère

Sur les contreforts du Canigou, on entre dans Bouleternère comme dans un jardin. Irrigué de nombreux canaux, les vergers de pêchers contrastent avec la sévère montagne.

Puis, en avançant, on découvre le « vieux  boule » : ruelles étroites et sinueuses, anciennes maisons catalanes à blason, restes de remparts et de portes, le village ne manque pas d’allure. Enfin, dominant l’ensemble, le donjon rectangulaire, reconnaissable entre mille. Au centre de la bastide, adossées à ses murs, les deux églises font l’intérêt et la beauté du lieu.

Porte d’entrée sur les Aspres et la vallée du Boulès, Bouleternère intrigue et retient. Atypique, souvent méconnu, le village est une plongée dans les eaux profondes de l’histoire de ce territoire.

Casefabre

Au cœur de la vallée du Boulès, Casefabre est un havre de paix pour les amoureux de nature. 

Depuis ses reliefs, le village offre une vue unique du barrage de Vinça aux Albères en passant par le Canigou et la Tour de Batère. On prend donc le temps de sillonner les sentes et les pistes à travers les forêts de chênes verts ; Ouvrez grands les yeux, l’oronge aime particulièrement les sols de Casefabre !

Corbère

L’histoire de Corbère est celle d’un mouvement. Des bois vers le château, Corbera del Bosc devient Corbera de Dalt. Les habitants se déplacent peu à peu vers la plaine – Corbera del Mig- avant de se regrouper au XIXème siècle en une entité commune. Corbère était née.

Ruines des anciens villages, château et églises sont un livre ouvert sur cette étrange destinée. On le parcoure le long de balades fleuries et ensoleillées. Sur les premiers contreforts des Aspres, Corbère raconte son histoire et dévoile ses charmes.

Corbère les Cabanes

Corbère les Cabanes est le fruit d’une rivalité ancestrale. Situé  sur le « Cami Real » qui reliait Perpignan à la Cerdagne, le hameau fut longtemps rattaché à sa voisine, Corbère. Mais les querelles se multiplient, les jeunes s'affrontent au ravin de la Coume tandis que les dignitaires se battent sur le terrain législatif. La séparation est inéluctable ; elle intervient en 1856, faisant de Corbère les Cabanes l’une des plus jeunes communes du Roussillon.

Une histoire chaotique qui contraste avec la quiétude de ce village, qui, au pied du Montou, coule des jours heureux.

Corneilla la Rivière

Au cœur du Riberal, Corneilla la Rivière est une porte d’entrée sur le Conflent. 

Cette commune rurale en forte expansion  gagne à être connue. Voici trois bonnes raisons de prendre le temps de découvrir Corneilla la Rivière.

Située au pied de Força Real, la commune est le camp de base idéal pour partir à l’assaut de la célèbre colline de pierre (507m). En haut, la vue est à couper le souffle. Panorama à 360° sur les Aspres, le Conflent, les Corbières et jusqu’à la Côte Vermeille.

Sous ses airs tranquilles, Corneilla la Rivière est aussi un terrain de jeu exceptionnel pour les amateurs de sensations fortes. En ULM ou en parapente, envoyez-vous en l’air dans le ciel catalan !

Pour se remettre de ses émotions, faite une pause dégustation dans l’un des vignobles d’exception corneillanais. Les coteaux ensoleillés et ventés de Força Real constituent un terroir privilégié pour élever des vins de caractère.

Glorianes

Aux confins  d’une route étroite et sinueuse, Glorianes a des airs de bout du monde. Le petit village bucolique groupé autour de son église est un écrin de verdure, paradis des randonneurs.

D’accord il faudra grimper pour atteindre les crêtes mais quelle vue ! Sur le Canigou, le Madrès et jusqu’aux sommets du Capcir. 

Ille sur Têt

En remontant la Têt, la ville se dessine. Sur fond de Canigó, la tour et les murs imposants de l’église St-Etienne s’élèvent vers le ciel. A ses pieds, la vieille ville pourrait paraître endormie.

Il n’en n’est rien. Ille sur Têt étonne et séduit. Par la richesse de son patrimoine d’abord. Au détour d’un rempart, d’une porte ou d’un clocher, on écoute les histoires que raconte la pierre. Prosper Mérimée en narra la plus fameuse dans sa Vénus d’Ille.

Puis on se laisse charmer par l’art de vivre illois. Il se vit au rythme des saisons et des pêchers qui colorent la ville ; à la lumière des fêtes qui enchantent la ville. Du Pessebre de Noël aux Regina de Pâques.

Et, avant de partir, on franchit le fleuve. Car de l’autre côté, se dresse une merveille. Les Orgues d’Ille, paysage unique à la beauté fragile. Durant 5 millions d’années, le temps et le vent ont fait leur œuvre pour sculpter les « cheminées de fées ».  On se laisse envoûter par la magie des lieux… 

Millas

Colorée et animée, Millas n’a pas fini de vous surprendre. Sous l’œil bienveillant de Força Réal – amateur de vélo, voilà une ascension qu’il ne faut pas rater – l’ancien bourg rural s’est développé depuis le Moyen-Âge au gré des cultures.

D’abord le mil qui selon certains, donna son nom à la ville. Puis la vigne et les fruits qui dominent le paysage encore aujourd’hui. Symbole de ce savoir-faire agricole, la culture de l’olive : découvrez les secrets de fabrication de l’ « or vert catalan » dans l’un des moulins à huile de la commune.

Puis laissez-vous entraîner dans l’une des nombreuses fêtes qui rythment l’année : ici, on célèbre la bunyete, l’olive et bien sûr, le taureau. Car quand vient l’été, Millas s’embrase. Durant 3 jours, la Feria de Millas réunit aficionados, catalans et estivants dans une joyeuse farandole de fête et de traditions. 

Intense et passionnée, Millas se vit sans modération !

Montalba le château

Est-ce sa situation géographique sur les balcons du Canigó, au cœur des Fenouillèdes, ou son histoire paysanne et son savoir-faire séculaire qui font de Montalba le Château un paradis pour les producteurs ?

Ici, on cultive la vigne, les amandiers et les oliviers ; on récolte le miel et on élève même l’alpaga ! Sans oublier la chèvre, reine de ces lieux. Elle est fêtée le 1er dimanche d’octobre lors d’une fête populaire.

Puis, Montalba le Château retrouve sa quiétude.  A l’abri des remparts et du château (XIIème s.) qui donna son nom à la commune, la citadelle médiévale renferme une histoire riche et mouvementée. Encore faut-il prendre le temps d’en déceler les secrets…

Néfiach

Peut-on imaginer, en goûtant au calme qui règne sur le village,  que le destin de Néfiach fut celui d’une frontière ? Contrebande, passeurs, pilleurs et fugitifs, le passé de Néfiach est aussi tumultueux que son présent n’est paisible.

Au cœur de la garrigue, Néfiach attire. Le « maquis catalan », toujours verdoyant de chênes verts, lièges et kermès, a recouvert les anciennes pâtures, conquis les flancs de montagne et enseveli les traces de cette histoire si riche. 

Il faut prendre le temps de parcourir la garrigue pour en déceler les secrets. Pour en humer les senteurs et en connaître ses hôtes.

Prunet et Belpuig

Fruit de la réunion de deux anciens hameaux, Prunet et Belpuig, auquel on rattacha un troisième, Lo Serrat, cette petite commune des Aspres recouvre un vaste territoire propice à la randonnée.

Chapelle de la Trinité, église Saint Etienne (Et oui ! qui dit deux villages, dit deux églises !), à l’ombre des forêts de chênes ou le long des crêtes ensoleillées, les promeneurs trouveront en Prunet et Belpuig un terrain de jeux des plus agréables.

Rodès

Quel est le point commun entre Perpignan, Marseille, Sète et Toulouse ? Rodès. C’est avec l’exceptionnel granite de l’ancienne carrière du village que l’on pava les rues de ces villes. Une anecdote qui illustre bien l’esprit d’un village aussi discret qu’étonnant.

Adossé à son éperon rocheux, surplombé par les ruines de son ancien château, Rodès étale en cascade ses maisons claires aux tuiles peintes. Ici, la Têt est contenue par un impressionnant barrage avant de s’engouffrer dans les gorges de la Guillera, étroites et profondes.

Sur l’autre rive, changement de décor : on s’élève dans les collines, à travers les oliviers, pour découvrir les origines médiévales de la commune. Au sommet, l’ermitage de Domanova invite à la contemplation.

Saint Feliu d’Amont

L’histoire de Saint Feliu d’amont est une histoire d’eau. Celle des fontaines (Saint Apollinie, Font dels Prats, Fontanilles…) qui entourent le village et conservent la mémoire des ancêtres. Celle de la Têt, de la Comelade ou du ruisseau du Moulin qui arrosent les terres et les plantations.

Le charme des vieilles pierres remarquablement restaurées se conjugue harmonieusement avec la vitalité d’un village en pleine expansion.

Saint Michel de Llotes

Fondu dans une belle forêt de chênes verts, aux confins des Aspres, St Michel de Llotes ne manque pas d’attraits pour charmer les visiteurs. Mas en vieille pierre et  veïnats (hameaux) aux façades fleuries font l’identité de ce petit village bucolique sur les rives du Gimeneil.

On prend son temps pour en apprécier la quiétude. Avant de partir, un détour par l’église St Michel et son abside romane s’impose. 

Carte Interactive

Un hôtel, un resto,  un site culturel ou naturel, géolocalisez tout ce dont vous avez besoin pour préparer votre séjour.

Découvrir

Carnet de Voyage

Créez votre séjour sur mesure dans votre carnet de voyage.

Tourisme & Handicap

Retrouvez tous les sites et lieux de vacances labellisés Tourisme & Handicap